2022 sous le signe du Bouger !

2022 sous le signe du Bouger !

Bouger ! C’est bon pour la santé et c’est notre thématique fil rouge pour 2022.

Nos modes de vie sont de plus en plus sédentaires et la pandémie de Covid n’a fait qu’accentuer cette tendance.

Pour notre santé, deux objectifs complémentaires : avoir une activité physique régulière mais aussi couper les périodes de sédentarité.

Les chiffres le montrent, nous passons de plus en plus de temps en position assise. Et les confinements ou périodes de télétravail liés à la crise du Covid n’ont pas arrangé cette tendance. Au cours des périodes de confinement, une baisse du niveau d’activité physique et une augmentation des comportements sédentaires ont été observées, en Belgique et au niveau mondial. En plus de leur impact sur la santé physique et métabolique, il a été démontré durant ces périodes que le manque d’activité physique et les comportements sédentaires étaient fortement associés à la dépression, à l’anxiété, au stress, alors que leur pratique est au contraire associée au bien-être général.

Une activité physique régulière

La pratique d’une activité physique agit positivement sur le bien-être physique et mental. L’idéal pour la santé est que l’activité physique soit régulière et varie en intensité : bouger un peu tous les jours (au moins 30 minutes pour les adultes et 60 minutes pour les enfants et les jeunes) avec des intensités différentes sur la semaine (quelques activités physiques modérées et une activité physique intense). Par exemple, on peut sortir marcher un jour, passer l’aspirateur ou jardiner le lendemain, danser un autre jour puis une fois sur la semaine courir ou aller nager.

Couper les périodes de sédentarité

De plus en plus présente dans notre vie quotidienne, la sédentarité concerne aussi le monde du travail avec de longues heures passées en position assise au bureau ou en télétravail. Bouger plus au boulot, c’est possible pendant le temps de travail, les pauses ou encore sur le chemin du travail. Le plus important, c’est de rompre les périodes de sédentarité par quelques mouvements ou exercices. Par exemple en faisant une réunion debout, en prenant l’escalier plutôt que l’ascenseur, en se promenant sur le temps de midi, en allant au travail en vélo… Plein de petits défis sont possibles pour rompre davantage le temps passé assis sur notre chaise.

Quelques astuces anti-sédentarité au boulot…

 

  • Profitez de chaque occasion de vous lever pour faire un petit étirement.
  • Pensez à faire des pauses pour ne pas rester devant votre écran de manière prolongée.
  • Téléphonez debout !
  • En télétravail, si votre situation le permet allez prendre l’air dans votre jardin/balcon 5 minutes toutes les heures.
  • Sortez marcher ou courir un peu sur le temps de midi.

Ensemble vers un nouveau souffle

Ensemble vers un nouveau souffle

La campagne « Ensemble vers un nouveau souffle » c’est quoi ? 

Chaque année, à la date du 31 mai, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) célèbre la journée mondiale sans tabac. A cette occasion, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac (PWST), dont nous faisons partie, ont souhaité amplifier l’événement en proposant une campagne plus longue à l’instar du mois sans tabac organisé en France. La campagne intitulée « Ensemble vers un nouveau souffle » a lieu durant tout le mois de mai 2022. Chaque semaine, une thématique de la santé sera explorée et illustrera la notion de santé au sens large (physique, mentale, sociale et verte/environnementale).

A cette occasion, les partenaires du PWST se mobilisent et organisent des actions locales à destination des professionnels et du grand public. Ils soutiennent également les acteurs de terrain dans leur mobilisation et dans l’organisation d’actions locales (formations, matériel de soutien, visibilité des actions…). Les mesures proposées permettront de sensibiliser la population à cette thématique, de soutenir les personnes qui souhaitent réfléchir à leur consommation et d’accompagner celles qui veulent réduire/stopper leur tabagisme. Une attention particulière est portée aux populations vulnérables afin de ne pas renforcer les inégalités sociales de santé.

Retrouvez toutes les informations et activités sur le site web de la campagne ainsi que sur Facebook et Instagram.

 

 

 

Comment l’Observatoire de la Santé du Hainaut contribue à cette campagne ?

L’OSH fait partie du Plan Wallon Sans Tabac et contribue à la campagne de diverses manières :

  • Travailler à l’élaboration de la campagne en collaboration avec les autres membres du Plan Wallon Sans Tabac
  • Relayer la campagne aux communes et acteurs de terrain situés sur la Province de Hainaut et susciter leur implication
  • Communiquer via la page Facebook et Instagram de l’OSH ainsi que son site web
  • Accompagner des acteurs de terrain en fonction de la demande (information, réseautage, appui méthodologique…)
  • Proposer des idées d’actions à mettre en place lors de ce mois de mai : la cocotte mini-défis et la chasse aux cailloux voyageurs.

 

 

 

La cocotte mini-défis

Cet outil constitue une occasion, tant pour les fumeurs que les non-fumeurs, de se fixer un défi santé et de réfléchir à différentes astuces pour garder sa motivation. Elle symbolise le temps de réflexion que l’on s’octroie avant de craquer (« Minut’ Cocot’ »).

L’activité s’adresse directement aux citoyens ou aux professionnels au bénéfice de leur public (approche individuelle). Les instructions, reprises sur le document, rendent son utilisation aisée. Vous pouvez télécharger la cocotte et l’imprimer.

La chasse aux cailloux voyageurs

Dans le cadre de la campagne, cette activité peut être proposée par des professionnels à leur public afin d’aborder la thématique. En effet, des mots inspirant ou questionnant peuvent être inscrits sur les cailloux en invitant les personnes à réagir à ceux-ci via les réseaux sociaux ou après la balade dans le cadre d’une réunion de discussion. L’activité constitue une occasion pour les fumeurs de s’interroger sur leur tabagisme, mais également pour tous, une occasion de s’interroger sur sa santé tout en pratiquant une activité physique de manière ludique.

L’activité s’adresse à tous et les participants peuvent y prendre part de différentes manières : créer les cailloux, les déposer, les trouver en se baladant etc. La balade peut se faire seul, en groupe ou en famille.

Le vaccin contre le Covid 19? On fait le point

Le vaccin contre le Covid 19? On fait le point

Depuis près d’un an, la campagne de vaccination contre la COVID-19 est en cours dans notre pays avec désormais l’arrivée des troisièmes doses. Pourquoi se faire vacciner? Est-ce dangereux? Ces vaccins sont-ils surs? Cette campagne de vaccination amène beaucoup de questions et de nombreuses « fake news » sont relayées sur les réseaux sociaux. Nous faisons le point en répondant aux principales questions sur le vaccin. 

 

La vaccination

 

Pourquoi se faire vacciner?

  • Pour se protéger et protéger les autres.
  • Pour éviter les conséquences graves du COVID-19.
  • Pour diminuer le nombre d’hospitalisations et de décès.
  • Pour maintenir le plus possible une vie presque normale.

 

 

Est-ce obligatoire ? 

Non, la vaccination est proposée et gratuite mais pas obligatoire. 

Qui peut-être vacciné ? 

Les adultes et les adolescents à partir de 12 ans peuvent être vaccinés pour l’instant. Certains pays ont commencé à vacciner les enfants de 5 à 11 ans, mais à ce jour, la Belgique n’a pas pris de décision à ce sujet.

 

Doit-on encore respecter les gestes barrière ?

Depuis le début de la campagne de vaccination, le type de virus en circulation a beaucoup évolué. Le variant delta représente à présent la quasi-totalité des contaminations (>99 %). Ce variant est beaucoup plus contagieux et les vaccins sont moins efficaces (en particulier le Johnson & Johnson) contre ce virus, en ce qui concerne sa transmission.

Par rapport aux infections sévères et aux hospitalisations, la perte d’efficacité est moindre, variant de 75 à 96 % selon les vaccins. Ceci explique la sous-représentation des vaccinés et la surreprésentation des non-vaccinés dans les hôpitaux et en particulier aux soins intensifs où les 10 à 15 % de personnes non-vaccinées occupent plus de la moitié des places dédiées à la COVID-19.

Avec l’arrivée d’une quatrième vague, il est important de continuer à suivre les recommandations des autorités sanitaires (diminution du nombre de contacts et gestes barrières) pour éviter les contaminations et la saturation des hôpitaux.

Les « variants »?

Il est habituel qu’un virus mute au fil des infections. Les variants sont des souches du virus qui présentent des caractéristiques différentes de la souche initiale; soit en termes de contagiosité (qui augmente en général), soit en termes de gravité de la maladie (qui augmente ou diminue). Actuellement, la quasi-totalité des infections enregistrées en Belgique sont dues au variant delta qui, en raison de sa grande contagiosité, bénéficie d’un avantage sur ses concurrents (les autres variants) pour se transmettre d’une personne à l’autre.

Le variant omicron récemment apparu en Afrique du Sud semble nettement plus contagieux que le variant delta. Sa virulence (gravité des infections) ne semble pas plus élevée. Comme ce variant est d’apparition récente, ses caractéristiques ne sont pas encore connues avec certitude et les informations précises et fiables ne seront disponibles que dans quelques semaines. Plusieurs cas d’infection au variant omicron sont déjà enregistrés en Europe notamment en Belgique et aux Pays-Bas.

 

 

Faudra-t-il un rappel? 

Les études montrent une diminution de l’efficacité vaccinale avec le temps. Ce phénomène s’observe pour toute la population, mais est particulièrement marqué pour les personnes âgées ou immunodéprimées. Ceci a amené les gouvernements des pays occidentaux à prôner une dose de rappel, d’abord pour ces groupes de population, puis pour l’ensemble des adultes.

En Belgique, pour la population adulte, une dose de rappel est à présent recommandée 6 mois minimum après une vaccination complète par Moderna ou Pfizer, 4 mois minimum après une vaccination complète par Astra-Zeneca et 2 mois minimum après une vaccination Johnson et Johnson.

Les personnes de 65 ans et plus et celles souffrant de problèmes d’immunité ainsi que le personnel soignant ont déjà été invités. Le reste de la population commence à être invitée en fonction de l’âge et pour autant que le délai recommandé depuis la primovaccination soit écoulé.

Le certificat Covid numérique de l’Union européenne

Les personnes vaccinées peuvent voyager en utilisant ce certificat qui est disponible depuis le 1er juillet 2021. Les personnes non-vaccinées peuvent disposer de ce même certificat avec un test Covid récent ou si elles se rétablissent d’un épisode de la COVID-19 dans les 6 derniers mois.

D’autre part, l’accès à l’Horeca et à de nombreux évènements publics est conditionné à la présentation d’un pass sanitaire valide. Certains pays européens vont conditionner l’accès à une série de lieux ou manifestations publiques à l’administration d’une dose de rappel. La France applique cette condition dès le 15 décembre pour les plus de 65 ans et dès le 15 janvier pour les personnes de 18 à 64 ans.

 

Les vaccins en pratique…

 

Quels vaccins sont disponibles ?

Les vaccins à base d’ARN messager Pfizer/BioNTech et Moderna (deux doses nécessaires) et les vaccins à vecteurs viraux AstraZeneca (deux doses) et Janssen/Johnson & Johnson (une dose) ont été utilisés.

Actuellement, ce sont essentiellement les vaccins à base d’ARN messager qui sont disponibles. Tous les rappels seront réalisés avec des vaccins à ARN messager qui restent les plus efficaces face au variant delta qui représente plus de 99 % des infections en Belgique actuellement.

 

Comment ça marche?

Les vaccins à ARN messager (Pfizer (Comirnaty) et Moderna) contiennent le code génétique (ARNm) de fragments du virus contre lesquels notre système immunitaire va réagir. En cas d’infection, le corps s’en souviendra. Il fabriquera des anticorps et activera des cellules efficaces pour détruire le virus et nous protéger contre la maladie. L’ARNm ne peut pas atteindre le noyau de nos cellules, où se trouve notre ADN. Après la vaccination, les particules du vaccin qui contiennent l’ARNm sont rapidement absorbées par les cellules du corps. Notre propre ADN n’est donc pas modifié ou endommagé.

Dans l’AstraZeneca et le Janssen, le code pour la protéine S se trouve dans un virus inactivé (incapable de se reproduire). Ce virus introduit alors cet ARNm dans la cellule et on assiste au même processus qu’avec le vaccin avec ARN messager.

Retrouvez plus d’infos sur ce thème dans notre vidéo La vaccination Covid 19 en quelques questions.

Sont-ils efficaces ?

Un vaccin n’est autorisé que si son efficacité a été prouvée.

L’arrivée du variant Delta a diminué l’efficacité vaccinale de tous les vaccins, mais la diminution est plus marqué pour le vaccin une dose. Globalement, l’efficacité est de 63 % en moyenne pour les infections asymptomatiques et de 76 % pour les infections symptomatiques. Pour la prévention des infections sévères et des hospitalisations, l’efficacité (91 %) est la même pour le variant Delta que pour le variant de base.

On constate une diminution de l’efficacité vaccinale avec le temps particulièrement chez les personnes âgées (après 65 ans) et les personnes porteuses de comorbidités surtout en cas d’atteinte à l’immunité.

Comment sont-ils testés ?

Tous les vaccins doivent suivre un processus de développement et d’approbation. Des essais cliniques (appelés phase 1, 2 ou 3) sont réalisés sur de nombreuses personnes. Les vaccins contre la COVID-19 ont été testés sur des dizaines de milliers de personnes, ce qui est plus que d’habitude. Pour les vaccins contre la COVID-19, comme pour tout vaccin, les experts de l’EMA (Agence européenne des médicaments) et de l’AFMPS (Agence fédérale des médicaments et des produits de santé) examinent de près toutes les données. Les vaccins contre la COVID-19 doivent répondre aux mêmes exigences strictes que tous les autres vaccins.

Après la mise sur le marché, un système d’enregistrement des effets indésirables est mis en place. Les signalements de problèmes de santé majeurs après vaccination font l’objet d’une investigation pour déterminer s’il y a ou non un lien entre la vaccination et la survenue du problème. De plus, plusieurs études ont été réalisées pour déterminer l’efficacité des vaccins dans des conditions réelles et par rapport aux nouveaux variants qui étaient peu ou pas présents au moment des essais cliniques initiaux.

Provoquent-ils des effets indésirables ?

 

Comme tous les médicaments, les vaccins peuvent provoquer des effets indésirables mais ils ne surviennent pas chez tout le monde. Les effets indésirables fréquents sont légers à modérés, tels que de la fièvre, de la fatigue, des maux de tête ou une réaction locale (douleur, rougeur, gonflement). Ces symptômes disparaissent d’eux-mêmes en quelques jours.

L’utilisation à large échelle des vaccins a mis en évidence quelques effets secondaires très rares (quelques cas pour 100 000 personnes vaccinées), mais graves.

Est-il possible de contracter le Covid 19 en se faisant vacciner ?

​Non, les vaccins contre le Covid 19 disponibles en Belgique ne contiennent pas de virus vivants atténués. Ils ne peuvent donc pas provoquer la maladie. Mais il est possible que la personne vaccinée ait été infectée par le virus peu avant ou peu après l’injection.

 

Sont-ils moins surs en raison de leur arrivée rapide ?

Les vaccins contre la COVID-19 répondent aux mêmes exigences strictes que tous les autres vaccins et médicaments.

Différentes raisons expliquent leur arrivée aussi rapide.

  • Une collaboration internationale jamais vue dans l’histoire et la mise à disposition de moyens financiers publics et privés colossaux.
  • Les recherches antérieures sur des vaccins similaires et/ou sur d’autres coronavirus (SARS-CoV1, MERS) que la COVID-19 remontent à plus de 10 ans.
  • Beaucoup de gens se sont rapidement portés volontaires et la forte circulation du virus a permis de montrer précocement l’efficacité du vaccin.
  • En temps normal, toutes les étapes du développement d’un vaccin se succèdent pour vérifier la sécurité et l’efficacité. A chaque étape, les chercheurs attendent d’avoir des résultats probants pour poursuivre les recherches. Le dossier complet n’est transmis à l’EMA que quand tout est terminé. Dans le cas des vaccins contre la COVID-19, l’EMA a examiné l’efficacité et la sécurité à chaque étape pour gagner du temps. La production a déjà commencé et le plan de distribution a été établi alors que l’évaluation par l’autorité compétente était en cours.

Une autorisation de mise sur le marché n’est accordée que lorsqu’il existe des preuves suffisantes que le vaccin est de bonne qualité, efficace et sûr. Pour les vaccins contre la COVID-19, les systèmes de surveillance existants ont été renforcés tant au niveau européen que national.

Y-a-t-il des contre-indications au vaccin ?

Il y a peu de contre-indications à la vaccination anti-COVID-19.

  • Une allergie connue à un des composants du vaccin.
  • Au vu des données actuelles, la grossesse et l’allaitement ne sont plus considérés comme contre-indications. Au contraire, les femmes enceintes font désormais partie du public prioritaire et il est préférable que la vaccination ait lieu avant 32 semaines de grossesse pour que le bébé soit protégé dès la naissance par les anticorps maternels.

Les éléments suivants ne constituent pas une contre-indication, mais méritent éventuellement d’être signalés lors de la vaccination :

  • des antécédents d’allergies, même majeures (autres qu’au vaccin) ;
  • une immunosuppression, une immunodépression, une maladie auto-immune (dans ces cas, la vaccination est recommandée, mais l’efficacité sera diminuée) ;
  • un traitement anticoagulant (qui exige une compression plus longue après l’injection).

Ces différentes situations particulières peuvent toujours être discutées avec le médecin qui vous suit.

Avec le soutien de la Région wallonne

Alimentation chez les jeunes en Hainaut

Alimentation chez les jeunes en Hainaut

Une alimentation saine et équilibrée contribue largement à la santé de tous. A cet égard, les habitudes prises dans l’enfance et l’adolescence jouent un rôle capital. Entre 2018 et 2020,  nous avons mené, avec le réseau des Centres de Santé Scolaire Vigies (CSSV), une enquête sur la thématique de l’alimentation auprès des jeunes Hainuyers de 10 à 17 ans.

Le « Regard sur la santé des jeunes – Santé en Hainaut n°15 » décrit de manière détaillée les résultats de cette étude et analyse les liens entre les différents déterminants de santé et l’alimentation. Il présente également des pistes de réflexion et des outils de promotion de la santé en vue d’une alimentation équilibrée. Découvrez dans cet article la synthèse de cette enquête que vous pouvez aussi télécharger en pdf

La publication complète est disponible en commande ou en téléchargement dans notre boutique.

 

Une alimentation peu équilibrée

Consommation quotidienne de fruits et de légumes

Parmi les aliments dont la consommation régulière est recommandée, la consommation quotidienne de fruits et de légumes n’est adoptée que par une minorité de jeunes Hainuyers. De plus, elle a connu une diminution ces dix dernières années.En 2020, 44 % des jeunes ne consomment ni fruits, ni légumes quotidiennement. De plus, ils ne sont que 17 % à en consommer au moins une fois par jour (15 % pour les garçons contre 20 % pour les filles).

 

 

 

 

Moins de la moitié des jeunes consomment du poisson une fois par semaine et cette proportion a diminué au cours des dix dernières années. Il en est de même pour la consommation quotidienne de produits laitiers.

 

Consommation quotidienne d’eau, selon le sexe 

La consommation quotidienne d’eau connaît une lente augmentation ces dernières années, mais n’est pas encore suffisante en termes de santé publique. En effet, seuls 81 % des jeunes en consomment quotidiennement. Les jeunes filles sont plus nombreuses à déclarer consommer de l’eau quotidiennement, soit 84 % contre 78 % chez les jeunes garçons.

 

 

 

Concernant les aliments non-essentiels à un régime équilibré, la consommation quotidienne de snacks salés (12 %) et sucrés (22 %) est stable depuis 2010. Il en est de même de la consommation de fritures plus d’une fois par semaine (42 %). La consommation de sodas sucrés (30 %) et light (11 %) connaît une diminution régulière.

 

Equilibre alimentaire des jeunes 

Pour évaluer le régime alimentaire des jeunes, un score a été construit sur base de six habitudes alimentaires. Seuls 19% des jeunes ont un score témoignant d’une alimentation équilibrée. La moitié (49%) ont une alimentation moyennement équilibrée. Pour 32%, le score dénote d’une alimentation non-équilibrée.

 

 

 

 

La majorité des jeunes (62 %) déclarent grignoter en dehors des repas. Les jeunes de 13 ans sont plus nombreux à affirmer grignoter (66 %) que ceux de 16 ans (63 %) et de 11 ans (56 %). Outre les consommations alimentaires, l’entourage et le contexte des repas sont des éléments déterminants de la manière de manger. Les jeunes qui ont une alimentation équilibrée déclarent plus fréquemment que leurs parents ont le plus d’influence sur leurs choix alimentaires (72 % contre 57 % des jeunes ayant une alimentation non-équilibrée ou moyennement équilibrée). D’autre part, 90 % des jeunes qui déjeunent en famille considèrent le repas comme un moment de partage.

 

Une corpulence en lien avec l’alimentation

La corpulence a été définie à partir de l’Indice de Masse Corporelle (IMC), basé sur le poids et la taille.

Parmi les jeunes rencontrés, 60 % ont une corpulence normale. Le surpoids concerne 20 % des jeunes et 12 % sont considérés comme obèses. En tout, près de 3 jeunes sur 10 sont donc en situation de surcharge pondérale. L’insuffisance pondérale concerne 8,9 % des jeunes et sa forme sévère représente environ 0,5 % de l’échantillon.

La fréquence de l’obésité (environ un jeune sur 10) augmente avec l’âge passant de 8,3 % pour les 11 ans à 15 % pour les 16 ans. Alors que 7 jeunes de corpulence normale sur 10 estiment avoir une alimentation équilibrée, seuls 4 sur 10 ont un score correspondant à une alimentation équilibrée. Les jeunes en surcharge pondérale pensent moins fréquemment avoir une alimentation équilibrée, mais paradoxalement, ils ont plus souvent un meilleur score d’alimentation équilibrée. D’une manière générale, la perception d’une alimentation équilibrée et les consommations déclarées montrent un décalage.

 

Des connaissances pour mieux s’alimenter

Les connaissances et représentations des jeunes en matière d’alimentation sont également liées à leurs comportements alimentaires. La majorité des adolescents (70 %) ne consultent pas (jamais ou rarement) les étiquettes alimentaires. Beaucoup les trouvent trop complexes. Ceux qui ne lisent pas les étiquettes ont moins fréquemment une alimentation équilibrée. Pour ceux qui les consultent, 45 % les trouvent assez « difficiles à comprendre » et 10 % « incompréhensibles ». L’avis à propos de certains aliments peut également être déterminant. Concernant les sodas (sucrés ou light), les jeunes qui ne pensent pas que ceux-ci ont un effet délétère sur la santé ou n’ont pas d’opinion sont plus souvent consommateurs quotidiens.

 

A l’école aussi, l’alimentation compte…

Le contexte scolaire est un facteur déterminant des habitudes et comportements alimentaires des jeunes. Un questionnaire a été envoyé aux directions des écoles pour recueillir leur avis et mieux
percevoir la réalité scolaire dans laquelle les jeunes évoluent. Parmi les écoles répondantes, la grande majorité (49 établissements) déclarent disposer d’un réfectoire. Cependant, malgré la présence d’un réfectoire, certains établissements ne disposent pas d’assez de places assises pour permettre à tous les jeunes de s’y installer. Certaines écoles commercialisent des aliments ou mettent des distributeurs à disposition des élèves, majoritairement celles de l’enseignement secondaire. La majorité des écoles participantes, tant dans l’enseignement primaire que secondaire, ont prévu un accès gratuit à de l’eau potable (en dehors des lavabos) pour les élèves. Certains établissements offrent à leurs élèves la possibilité de prendre des repas complets ou vendent des produits de restauration (sandwichs, frites…).

Consommation de sodas sucrés en fonction de la possibilité d’en acheter à l’école

Lorsque les écoles commercialisent des sodas sucrés, 34 % des élèves déclarent en consommer au moins 6 fois par semaine, voire plusieurs fois par jour. Dans les écoles qui n’en vendent pas, cette proportion tombe à 23 %. L’accès aux sodas en milieu scolaire contribue donc à l’augmentation de leur consommation.

 

 

 

 

 

Un lien avec les comportements de santé et le contexte socio-économique

On constate un regroupement des comportements favorables à la santé chez les adolescents. L’activité physique, la limitation des activités sédentaires, la non-consommation de tabac sont fréquemment
associées à une alimentation plus équilibrée. Le rôle de l’environnement du jeune se manifeste dans le lien entre la présence d’un adulte fumeur à la maison et un moins bon équilibre alimentaire du jeune.
L’ensemble de ces comportements est aussi en lien avec le contexte socio-économique dans lequel le jeune évolue. Ces constats indiquent que certains enfants et adolescents vivent dans un milieu plus attentif à la santé et qui favorise une alimentation équilibrée, une pratique de l’activité physique, une limitation de la sédentarité, une moindre exposition au tabac. Dans ces mêmes familles, les jeunes ont plus
fréquemment un recours régulier au dentiste, voire à une consultation diététique quand le besoin se fait sentir.

Les jeunes en situation plus précaire au niveau de leur structure familiale ou de leur aisance matérielle sont souvent plus exposés à des comportements ou situations défavorables de santé. Les jeunes dont le niveau d’aisance matérielle est faible sont plus fréquemment (16 %) susceptibles d’être obèses par rapport à ceux d’un niveau élevé (6,8 %). Lorsque le niveau d’aisance matérielle est faible ou moyen, ils ont plus fréquemment un régime alimentaire non-équilibré. D’autre part, les jeunes d’un niveau d’aisance matérielle élevé sont plus nombreux (24 %) à manger quotidiennement des fruits et des légumes que ceux d’un niveau d’aisance matérielle faible (10 %).

 

Des chiffres à l’action

Différentes pistes peuvent être envisagées afin de promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé. A un niveau supérieur, la mise en place de politiques publiques valorisant l’accès équitable à une alimentation diversifiée, qualitative et durable est un moyen macrosociologique. D’une manière plus large, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé représente un élément majeur de l’amélioration de la santé des populations. Au niveau scolaire, il est important de réfléchir tant à l’aménagement des écoles, l’accès aux repas équilibrés et à l’eau qu’à la sensibilisation des jeunes à leur consommation d’aliments transformés ou défavorables à la santé. Développer les compétences psychosociales des jeunes en fonction de leur âge, mais également leurs connaissances en matière d’alimentation, permet de leur donner les moyens de faire des choix alimentaires favorables à la santé. Les actions menées sur la thématique de l’alimentation des jeunes contribuent à favoriser leur santé, mais également à améliorer les enjeux de la santé publique. En effet, une jeunesse en bonne santé et en forme contribue au développement socio-économique d’une société. Il est de l’intérêt de tous de s’investir en la matière.

Retrouvez la synthèse de l’enquête en pdf via ce lien et les résultats complets en pdf en cliquant ici.

 

 

 

 

Activité physique, sédentarité et confinement

Activité physique, sédentarité et confinement

 

Notre nouveau bulletin « Bouger » se penche sur l’activité physique et la sédentarité en période de confinement. Vous y trouverez des données, des recommandations, le témoignage du Dr Boucquiau de la Fondation contre le Cancer et des ressources utiles. 

Les résultats de la toute récente enquête de santé Sciensano (6e) rapporte que, pour la moitié des adultes (50 %) en 2021, la crise du coronavirus et les confinements successifs ont eu un impact négatif sur leur niveau d’activité physique général. En plus de leur impact sur la santé physique et métabolique des individus en bonne santé et des patients, il a été démontré durant ces périodes que le manque d’activité physique et les comportements sédentaires sont fortement associés à la dépression, à l’anxiété, au stress, à l’inverse, leur pratique est associée au bien-être général.

L’enjeu n’est pas mince. L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) considère que la sédentarité est le quatrième facteur de risque de mortalité à l’échelle mondiale. Elle suit l’hypertension, le tabagisme et un taux élevé de glucose dans le sang.
Si le niveau de sédentarité augmenté dû aux périodes de confinement successives, (télétravail / enseignement supérieur à distance), devient une habitude de vie qui se prolonge, cela aura très malheureusement des conséquences majeures pour la santé générale des populations et pour la prévalence des maladies non transmissibles (maladies cardiovasculaires, diabète et cancer).

Ce nouveau bulletin « Bouger » fait le point sur ce sujet en vous présentant les résultats des récentes enquêtes Sciensano évaluant l’impact de la COVID-19 sur l’augmentation de la sédentarité. Vous y trouverez donc un état des lieux, une rubrique « Parole aux experts » où le Dr Boucquiau de la Fondation contre le Cancer commente les conséquences des confinements, de nombreuses recommandations pratiques pour remédier au déficit d’activités physiques afin que chacun puisse reprendre un mode de vie actif, et enfin des liens ressources pour en savoir plus sur l’épidémie Covid19 en Hainaut ainsi que les structures à votre disposition.

Retrouvez ici  notre bulletin Bouger en Hainaut numéro 6 / Activité physique et sédentarité en période de confinement.

Une cocotte mini-défis pour la semaine sans tabac

Une cocotte mini-défis pour la semaine sans tabac

A l’occasion de la Journée mondiale sans tabac du 31 mai, les membres du Plan Wallon sans Tabac, dont nous faisons partie, ont choisi de mettre en évidence l’engagement à arrêter ou à réduire sa consommation de tabac ou de vape. Pour soutenir concrètement cette thématique, une « Semaine sans tabac » est organisée du 17 au 23 mai pour les professionnels et le grand public.

Au programme de la « Semaine sans tabac », les bénéfices de l’arrêt du tabac vont être mis à l’honneur. Chaque jour, un bénéfice sera valorisé. En fonction de chaque bénéfice, des activités, des mini-défis, des astuces et des pensées positives ainsi que des ressources précieuses seront proposés aux professionnels et au grand public.

Retrouvez toutes les activités prévues sur le site web semainesanstabac.be ainsi que sur Facebook et Instagram avec l’hashtag #semainesanstabac.

Par ailleurs, dans le cadre de cette « Semaine sans tabac », nous vous invitons à découvrir notre cocotte mini-défis. Elle constitue une occasion, tant pour les fumeurs que les non-fumeurs, de se fixer un défi santé et de réfléchir à différentes astuces pour garder la motivation. Vous pouvez télécharger la cocotte et l’imprimer.

Dans le cadre de cette Semaine sans tabac, découvrez aussi notre article sur notre chasse aux cailloux voyageurs!