Inégalités sociales de santé et Covid-19

Inégalités sociales de santé et Covid-19

Impact de la crise sanitaire sur les inégalités sociales de santé

Journée de réflexion – Mardi 27 octobre 2020

La pandémie du virus Covid-19 a bouleversé nos habitudes de vie par l’application des mesures barrières imposées pour limiter la contamination de la population. Si ce virus est reconnu comme étant susceptible de contaminer tout un chacun, les conséquences des mesures prises n’impactent pas de manière identique tous les individus.

L’analyse des statistiques hospitalières liées au Covid-19 a notamment mis en évidence une surmortalité importante des personnes âgées, des personnes souffrant de pathologies préexistantes comme l’obésité, les antécédents cardiovasculaires, le diabète, maladies inégalement réparties dans la population. Par ailleurs, les mesures prises de distanciation physique et de confinement ont été ressenties de manière très différente selon l’âge des individus, leurs conditions de vie, la qualité de leur logement ou leur non-logement, l’accès aux soins, la compréhension des informations sur le virus, l’accessibilité aux technologies numériques et à leur maîtrise notamment dans le suivi de la scolarité… De toute évidence, la crise sanitaire a amplifié les inégalités sociales déjà présentes avant la crise et en a généré de nouvelles. De plus, la crise économique qui s’annonce risque d’accroître encore plus ces disparités.

Face à ce constat, l’Observatoire de la Santé du Hainaut organise le mardi 27 octobre prochain, une journée de réflexion sur l’impact de la crise sanitaire sur les inégalités sociales de santé et sur les options stratégiques pour limiter l’aggravation de celles-ci dans le futur.

Comprendre la diversité des effets produits par cette crise sanitaire permet d’identifier les priorités d’intervention et de contextualiser les ressources et les actions pour réduire les inégalités sociales de santé. Plusieurs experts partageront leurs analyses et leurs perspectives d’intervention pour différents publics plus vulnérables.

Nous vous invitons déjà à bloquer la date dans votre agenda!

Nous mettons tout en oeuvre pour permettre l’organisation de l’événement. Nous réfléchissons aux différentes modalités de participation pour permettre l’accessibilité au plus grand nombre (présentiel et webinaire).

Merci de remplir le formulaire de pré-inscription ci-dessous le plus rapidement possible afin de nous permettre l’organisation de l’événement.

Programme

 
Accueil par Fabienne Devilers,  Députée provinciale
Introduction par Helen Barthe-Batsalle, Directrice de l’OSH

 

Participation de différents experts :
  • Christine Mahy (sous réserve) du Réseau Wallon de Lutte contre la Pauvreté, pour les populations les plus vulnérables.
  • Bernard De Vos (Délégué général aux Droits de l’Enfant), pour le public des enfants et des adolescent(e)s.
  • Catherine Rousseau (Fédération des Services Sociaux), pour l’alimentation.
  • Anne Jaumotte (Eneo), pour les aîné(e)s.
  • Manoë Jacquet (Femmes et Santé) et Charlotte Pézeril (Université Saint-Louis), pour de la question du genre.
  • André Delacharlerie (Agence du numérique), pour la question de la fracture numérique.
Conclusion par Claude RENARD (OSH).

Pré-inscription à la journée du 27 octobre 2020

15 + 7 =

Gestion du tabagisme en milieu hospitalier – CHwapi de Tournai

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac 2020, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac ont décidé de lancer un concours photos sur les réseaux sociaux illustrant « ce qui aide à vivre sans tabac ». Tout au long de cette action, qui a lieu du 28 mai au 31 mai, les partenaires sont invités à diffuser des ressources d’information. L’Observatoire de la Santé du Hainaut a décidé de mettre en avant des projets de gestion du tabagisme.

Gestion du tabagisme en milieu hospitalier – CHwapi de Tournai

 

Le Centre Hospitalier de Wallonie picarde (CHwapi) se compose de trois sites hospitaliers et d’une polyclinique. La multiplicité des personnes fréquentant les lieux confronte l’institution à de nombreuses questions relatives à la gestion du tabac.

 

Objectifs du projet

Sensibiliser, diminuer le nombre de fumeurs (personnel et patients) et mieux gérer le tabac aux abords des infrastructures.

Qui?

Les actions sont coordonnées par Mme Wilfart, infirmière et tabacologue, travaillant au sein du Centre d’Aide aux Fumeurs (CAF) du CHwapi.

Actions développées

Sensibilisation via une conférence qui est organisée 4 fois par an à destination du personnel. De manière ponctuelle, des séances d’information sont planifiées pour les médecins en formation. Des brochures sont également produites pour les patients. Le tabac y est abordé par spécialité (ex : orthopédie dans le cadre d’une prothèse de hanche).

Une aide au sevrage tabagique est proposée aux patients de l’ensemble des services.

A l’occasion d’un événement comme la journée mondiale sans tabac, un stand d’information/ sensibilisation est tenu à l’accueil de l’hôpital (test de la quantité de CO, brochures, discussion avec une tabacologue…). Le tabac est également abordé lors des journées thématiques (ex : maladie de Crohn).

Freins et leviers

Beaucoup de ressources (temps, argent et personnel) doivent être mobilisées pour le développement des actions. Il est également nécessaire de multiplier les efforts pour percevoir des résultats. Toutefois, les démarches visant à obtenir l’accréditation canadienne se sont révélées être un levier.

Projets futurs

A l’horizon de juillet 2020, les différents sites du CHwapi seront aménagés avec des zones fumeurs à distance des entrées (avec signalétique).

Actions de gestion du tabac

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac 2020, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac ont décidé de lancer un concours photos sur les réseaux sociaux illustrant « ce qui aide à vivre sans tabac ». Tout au long de cette action, qui a lieu du 28 mai au 31 mai, les partenaires sont invités à diffuser des ressources d’information. L’Observatoire de la Santé du Hainaut a décidé de mettre en avant des projets de gestion du tabagisme.

Maison médicale « Les Genêts » de Couillet

 

La maison médicale « Les Genêts » existe depuis 20 ans et couvre la zone de Couillet ainsi que Loverval, Bouffioulx et une partie de Châtelet. Des actions sur le tabac ont déjà été développées au sein de la structure. Depuis mars 2019, un projet a été relancé.

 

Objectifs du projet

Sensibiliser, offrir un espace de dialogue pour extérioriser les difficultés d’arrêt, trouver de l’aide, discuter des bénéfices d’une vie sans tabac, etc.

Qui ?

Trois intervenants portent le projet : un médecin, un infirmier et une secrétaire (également en charge des actions liées à l’environnement dans la structure). Deux partenaires ont été sollicités afin de fournir des supports (jeux, brochures…) : Fares et Tabacstop. Le public bénéficiaire est constitué des adhérents à la maison médicale.

Actions développées

Evaluation du degré de motivation et de dépendance via des questionnaires.

Animation d’un groupe de discussion avec quelques patients à des stades différents dans le processus d’arrêt (environ une séance par mois de 2-3h). Première rencontre (mai 2019) : débat alimenté par le jeu « parcours sans T ». Deuxième rencontre (oct. 2019) : tabagisme passif et pollution des mégots. Entre les deux rencontres (période estivale) : contact maintenu (téléphone).

Communication via le journal de la maison médicale où chaque professionnel peut écrire un article (sujets tabac : témoignages d’ex-fumeurs, bénéfices de l’arrêt, méthodes pour arrêter…). A l’accueil, des brochures sont mises à disposition et des affiches sont apposées (journée prévention).

Environnement : des cendriers ont été disposés en dehors de la maison médicale et les fumeurs sont sensibilisés lorsqu’ils jettent leur mégot par terre.

Freins et leviers

Une des difficultés mise en évidence est la création d’une continuité des séances (variation des participants). Néanmoins, des leviers existent : le soutien de la direction (mise à disposition de matériel, à l’écoute des intentions futures…), la communication et la variété des profils des porteurs du projet.

Projets futurs

Le souhait est d’augmenter la fréquence des groupes de discussion, offrir un résumé des rencontres et réaliser une enquête de satisfaction. La communication va se développer davantage via la création d’un site internet, la diffusion de « flash info » sur les écrans de l’accueil et la transmission d’informations sur le tabac par les infirmier(e)s qui se rendent au domicile. Un projet serait d’organiser une action de ramassage des mégots et de l’ouvrir à tous les citoyens du quartier.

 

« Respire sans T »

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac 2020, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac ont décidé de lancer un concours photos sur les réseaux sociaux illustrant « ce qui aide à vivre sans tabac ». Tout au long de cette action, qui a lieu du 28 mai au 31 mai, les partenaires sont invités à diffuser des ressources d’information. L’Observatoire de la Santé du Hainaut a décidé de mettre en avant des projets de gestion du tabagisme.

Haute école provinciale de Hainaut Condorcet de Mons

 

Un projet autour de la thématique du tabac a vu le jour en juin 2018 au sein de la section paramédicale (infirmiers/sages-femmes) de la Haute école. Ce projet est à l’initiative de Mme Schumacher, directrice de l’établissement, et de Mme Turro, enseignante et tabacologue. Le désir de se mobiliser pour cette thématique fait suite au constat du nombre croissant d’étudiants fumeurs au cours de l’année. L’une des hypothèses avancées est le stress engendré par un planning horaire chargé.

 

 

Objectifs du projet

Eviter que les non fumeurs commencent à fumer, aider les fumeurs à arrêter et promouvoir des environnements sans tabac pour tous.

Qui?

Un groupe de travail a été constitué afin de piloter le projet (enseignants, élèves, partenaires extérieurs (Fares, Sept, OSH), personnel administratif/cellule communication). Le groupe se réunit environ 4 fois par an. Le premier souhait était de donner une identité au projet par un logo assorti d’un nom évocateur : « Respire sans T ». Le projet a pour public bénéficiaire final l’ensemble de l’institution.

Actions développées

  • Actions de communication : questionnaire soumis aux étudiants pour des idées de pauses alternatives, concours pour choisir le logo et transmission d’informations (articles, événements…) via la création de valves et internet.
  • Sensibilisation des étudiants lors des événements (test de la quantité de CO, conseils, stands…) : journée sportive à l’OSH et journée mondiale sans tabac.
  • Abord de la thématique lors des cours : présentation d’un « vrai-faux » afin de travailler les représentations tabagiques, intégration de notions de tabacologie afin d’outiller les futurs professionnels de la santé qui rencontreront des fumeurs, initiation à l’entretien motivationnel avec mises en situation et création d’affiches sur les différentes dépendances.

Freins et leviers

La mise en œuvre des actions nécessite parfois de longues démarches (autorisation, accord…) et des subsides. Certaines personnes peuvent aussi se montrer réfractaires face à ce type projet. De plus, le manque de temps et de visibilité des actions semblent limiter la participation aux événements. Néanmoins, des leviers existent : le soutien de la direction, l’implication des enseignants, étudiants et partenaires, la construction d’un projet positif et la communication.

Projets futurs

Les actions s’intégreront dorénavant dans les évènements habituels organisés à l’école (barbecue d’entrée, « Job D »…) afin de mobiliser plus de monde. Des pauses alternatives seront proposées : ping- pong, jeux de société, boissons chaudes, etc. Dans l’idée d’étendre le projet, le campus deviendra un lieu de « tabac responsable » avec des zones fumeurs (en collaboration avec les institutions sur le site). La mise en place d’un groupe d’aide à l’arrêt et la rénovation d’un mur avec des tags en lien avec la thématique sont en cours de réflexion.

 

 

 

REPORTÉ ! Sém’ISS – Les inégalités sociales de santé au prisme du genre

REPORTÉ ! Sém’ISS – Les inégalités sociales de santé au prisme du genre

 

ATTENTION! En raison des dispositions prises en lien avec l’épidémie de COVID-19, ce SEM’ISS est reporté à une date ultérieure. Cette date vous sera communiquée très prochainement.

En matière de santé, femmes et hommes ne sont pas logés à la même enseigne. Outre les différences biologiques, les représentations sociales liées au genre influencent les normes, les relations, mais aussi les rôles des individus, des soignants et des chercheurs.

Prendre en considération ces différences permet de mener une réflexion éthique sur la contribution des facteurs sociaux et culturels dans la construction et le maintien des inégalités sociales de santé. Comprendre comment ces inégalités se façonnent permet également de dégager des perspectives pratiques pour agir sur leur apparition et sur leur réduction.

Le genre, en tant que construction sociale, interagit avec d’autres facteurs qui sont à l’origine des inégalités, des discriminations et de la marginalisation comme le statut socio-économique, l’âge, le handicap, l’orientation sexuelle, l’isolement…  Par ces interactions, il influence les comportements de santé ainsi que l’exposition aux risques et à la vulnérabilité des maladies physiques et mentales.

Ce séminaire cherchera à mettre en évidence comment les inégalités sociales genrées se construisent et se développent pour identifier les leviers susceptibles de réduire leur impact sur la santé et assurer une plus grande équité en santé.

Madame Charlotte Pezeril, docteure en anthropologie sociale de l’Observatoire du Sida et des sexualités à l’Université Saint-Louis, nous invitera à parcourir quelques données générales de recherches sur les inégalités de santé selon le genre, des pistes interprétatives et des exemples autour du VIH/sida, de la santé sexuelle et des addictions.

Madame Manoë Jacquet, coordinatrice de « Femmes et Santé », nous présentera une approche participative qui propose aux femmes de restaurer une culture d’échange et de transmission afin de leur donner des possibilités d’action sur leur santé et ses déterminants.

Un échange avec le public poursuivra la réflexion à la recherche de pistes concrètes d’intervention dans la pratique de promotion de la santé au quotidien et ce, dès le plus jeune âge.