2022 sous le signe du Bouger !

2022 sous le signe du Bouger !

Bouger ! C’est bon pour la santé et c’est notre thématique fil rouge pour 2022.

Nos modes de vie sont de plus en plus sédentaires et la pandémie de Covid n’a fait qu’accentuer cette tendance.

Pour notre santé, deux objectifs complémentaires : avoir une activité physique régulière mais aussi couper les périodes de sédentarité.

Les chiffres le montrent, nous passons de plus en plus de temps en position assise. Et les confinements ou périodes de télétravail liés à la crise du Covid n’ont pas arrangé cette tendance. Au cours des périodes de confinement, une baisse du niveau d’activité physique et une augmentation des comportements sédentaires ont été observées, en Belgique et au niveau mondial. En plus de leur impact sur la santé physique et métabolique, il a été démontré durant ces périodes que le manque d’activité physique et les comportements sédentaires étaient fortement associés à la dépression, à l’anxiété, au stress, alors que leur pratique est au contraire associée au bien-être général.

Une activité physique régulière

La pratique d’une activité physique agit positivement sur le bien-être physique et mental. L’idéal pour la santé est que l’activité physique soit régulière et varie en intensité : bouger un peu tous les jours (au moins 30 minutes pour les adultes et 60 minutes pour les enfants et les jeunes) avec des intensités différentes sur la semaine (quelques activités physiques modérées et une activité physique intense). Par exemple, on peut sortir marcher un jour, passer l’aspirateur ou jardiner le lendemain, danser un autre jour puis une fois sur la semaine courir ou aller nager.

Couper les périodes de sédentarité

De plus en plus présente dans notre vie quotidienne, la sédentarité concerne aussi le monde du travail avec de longues heures passées en position assise au bureau ou en télétravail. Bouger plus au boulot, c’est possible pendant le temps de travail, les pauses ou encore sur le chemin du travail. Le plus important, c’est de rompre les périodes de sédentarité par quelques mouvements ou exercices. Par exemple en faisant une réunion debout, en prenant l’escalier plutôt que l’ascenseur, en se promenant sur le temps de midi, en allant au travail en vélo… Plein de petits défis sont possibles pour rompre davantage le temps passé assis sur notre chaise.

Quelques astuces anti-sédentarité au boulot…

 

  • Profitez de chaque occasion de vous lever pour faire un petit étirement.
  • Pensez à faire des pauses pour ne pas rester devant votre écran de manière prolongée.
  • Téléphonez debout !
  • En télétravail, si votre situation le permet allez prendre l’air dans votre jardin/balcon 5 minutes toutes les heures.
  • Sortez marcher ou courir un peu sur le temps de midi.

Ensemble vers un nouveau souffle

Ensemble vers un nouveau souffle

La campagne « Ensemble vers un nouveau souffle » c’est quoi ? 

Chaque année, à la date du 31 mai, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) célèbre la journée mondiale sans tabac. A cette occasion, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac (PWST), dont nous faisons partie, ont souhaité amplifier l’événement en proposant une campagne plus longue à l’instar du mois sans tabac organisé en France. La campagne intitulée « Ensemble vers un nouveau souffle » a lieu durant tout le mois de mai 2022. Chaque semaine, une thématique de la santé sera explorée et illustrera la notion de santé au sens large (physique, mentale, sociale et verte/environnementale).

A cette occasion, les partenaires du PWST se mobilisent et organisent des actions locales à destination des professionnels et du grand public. Ils soutiennent également les acteurs de terrain dans leur mobilisation et dans l’organisation d’actions locales (formations, matériel de soutien, visibilité des actions…). Les mesures proposées permettront de sensibiliser la population à cette thématique, de soutenir les personnes qui souhaitent réfléchir à leur consommation et d’accompagner celles qui veulent réduire/stopper leur tabagisme. Une attention particulière est portée aux populations vulnérables afin de ne pas renforcer les inégalités sociales de santé.

Retrouvez toutes les informations et activités sur le site web de la campagne ainsi que sur Facebook et Instagram.

 

 

 

Comment l’Observatoire de la Santé du Hainaut contribue à cette campagne ?

L’OSH fait partie du Plan Wallon Sans Tabac et contribue à la campagne de diverses manières :

  • Travailler à l’élaboration de la campagne en collaboration avec les autres membres du Plan Wallon Sans Tabac
  • Relayer la campagne aux communes et acteurs de terrain situés sur la Province de Hainaut et susciter leur implication
  • Communiquer via la page Facebook et Instagram de l’OSH ainsi que son site web
  • Accompagner des acteurs de terrain en fonction de la demande (information, réseautage, appui méthodologique…)
  • Proposer des idées d’actions à mettre en place lors de ce mois de mai : la cocotte mini-défis et la chasse aux cailloux voyageurs.

 

 

 

La cocotte mini-défis

Cet outil constitue une occasion, tant pour les fumeurs que les non-fumeurs, de se fixer un défi santé et de réfléchir à différentes astuces pour garder sa motivation. Elle symbolise le temps de réflexion que l’on s’octroie avant de craquer (« Minut’ Cocot’ »).

L’activité s’adresse directement aux citoyens ou aux professionnels au bénéfice de leur public (approche individuelle). Les instructions, reprises sur le document, rendent son utilisation aisée. Vous pouvez télécharger la cocotte et l’imprimer.

La chasse aux cailloux voyageurs

Dans le cadre de la campagne, cette activité peut être proposée par des professionnels à leur public afin d’aborder la thématique. En effet, des mots inspirant ou questionnant peuvent être inscrits sur les cailloux en invitant les personnes à réagir à ceux-ci via les réseaux sociaux ou après la balade dans le cadre d’une réunion de discussion. L’activité constitue une occasion pour les fumeurs de s’interroger sur leur tabagisme, mais également pour tous, une occasion de s’interroger sur sa santé tout en pratiquant une activité physique de manière ludique.

L’activité s’adresse à tous et les participants peuvent y prendre part de différentes manières : créer les cailloux, les déposer, les trouver en se baladant etc. La balade peut se faire seul, en groupe ou en famille.

Transformer des lieux fréquentés par les jeunes en environnements sans tabac

Pierre Bizel, coordinateur du projet à l’Observatoire de la Santé du Hainaut, détaille les étapes de la mise en place du site Générations sans tabac dans le Domaine du bois d’Havré. Il donne aussi des conseils pour ceux qui souhaiteraient initier une telle démarche. 

Pouvez-vous nous décrire le projet que vous avez entrepris dans le cadre de Générations sans Tabac ?

« Tout a commencé par l’initiative de l’Alliance pour une société sans tabac, dont l’Observatoire de la santé du Hainaut est membre, de lancer son programme « Générations sans Tabac ». C’est un concept qui nous a immédiatement intéressé car il permet en collaboration avec les autorités, les organisations de la société civile, les entreprises privées, les particuliers… de transformer des lieux fréquentés par de nombreux enfants et jeunes en environnements sans tabac. Les enfants et les jeunes ont le droit de grandir et jouer dans un environnement sans tabac. Le Domaine Provincial du Bois d’Havré à Mons sur lequel est implanté l’OSH a été tout naturellement le lieu de ce projet pionnier. Une collaboration très étroite entre quatre institutions provinciales a ensuite permis de dénormaliser le tabagisme sur le Domaine. »

Quatre institutions qui décident de travailler ensemble pour transformer leurs terrains en environnements sans tabac…c’est impressionnant. Pourquoi ont-elles décidé de se lancer dans le projet ? 

« L’Observatoire de la santé du Hainaut, Hainaut Sports – Maison des Sports, l’école l’Orée du Bois et Hainaut Ingénierie Technique, sont des institutions provinciales implantées dans un vaste parc, lui-même entouré par le bois d’Havré. De nombreuses écoles avec leurs enseignants et des clubs sportifs le fréquentent quotidiennement. Le site reçoit aussi de nombreuses visites de professionnels et parents. Par la nature des institutions qui y sont installées et les visiteurs que le domaine accueille, c’est à l’évidence un lieu de santé, de sports, et de nature. Quoi donc de plus logique de proposer aux jeunes qui y sont présents, une alimentation équilibrée au mess, les meilleures conditions d’activités physiques et de les préserver du tabac ? »

Comment avez-vous procédé en pratique ? Qui a participé au processus ? Et comment s’est déroulée le trajet ?

« Tout d’abord, dès le lancement de Générations sans Tabac, les Autorités provinciales ont voulu soutenir cette initiative et se sont engagées au respect de la Charte de l’Alliance pour promouvoir une première génération sans tabac dès 2019. Le projet dans sa phase de préparation a intégré un inventaire des lieux où les jeunes pouvaient voir fumer des adultes et un travail de coordination interinstitutionnelle afin de réduire fortement le nombre de points fumeurs et d’aménager des espaces précis pour les fumeurs. Hainaut Ingénierie Technique a pu prendre en charge les abris  et leur installation. A noter que ceux-ci sont opaques pour soustraire les fumeurs éventuels à la vue des jeunes et visiteurs. Une signalétique spécifique a été décidé ensemble et placée aux endroits les plus fréquentés du domaine informant des nouvelles modalités. »

Comment avez-vous communiqué sur cette initiative au sein de vos institutions et au grand public (visiteurs, clubs de sport, employés, …) ?

« La communication sur les changements à venir s’est faite dans plusieurs directions :

  • Très en amont, vers des agents provinciaux, fumeurs et non-fumeurs, travaillant sur le site, et l’internat de la Maison des sports dans des réunions spécifiques,
  • vers les groupes visiteurs du domaine, écoles et clubs sportifs, via des affiches, dépliants, courriers,
  • vers le service de communication de la Province du Hainaut et les institutions impliquées dans le projet,
  • par la production d’un bulletin « Respirer » largement diffusé pour les professionnels du Hainaut,
  • au travers d’évènements de promotion et lancement (webinaire, inauguration),
  • vers les institutions (campus, communes) ou organismes (Adeps) souhaitant se lancer dans Générations sans tabac,
  • en relayant les étapes de développement du projet au sein même de l’Alliance »

Comment les visiteurs/employés/clubs de sport/… réagissent-ils au projet ?

« Très positivement. Il faut rappeler qu’une très large majorité de non-fumeurs et de fumeurs, sont favorables à davantage de mesures de protection des jeunes. Les premiers parce qu’ils ne voudraient pas que leurs enfants fument et les fumeurs parce qu’ils souhaitent s’arrêter. Nous ne sommes pas du tout à contre-courant des opinions avec ce projet.  »

Quels conseils donneriez-vous à des communes qui ont envie de lancer des environnements (aires de jeux, terrains de sport,…) sans tabac ?

« En quelques mots, je conseillerais tout d’abord de s’inspirer d’expérience à succès de proximité en Belgique, et d’associer les parties prenantes au projet (décideurs locaux, responsables d’institutions, usagers des espaces, …) dès le début. L’engagement des autorités locales par la signature de la Charte Générations sans tabac, et donc leur nécessaire soutien, peut marquer le début du projet. Il représente un moment de communication privilégié. Le processus peut parfois prendre des mois, voire années, si on le veut participatif. Il demande quelques moyens financiers pour l’investissement dans des abris pour les fumeurs. Les communes et leurs services peuvent être, évidement là, de précieux relais. Je conseillerais aussi de contacter les responsables de Générations sans tabac pour obtenir les visuels nécessaires à la signalétique et une labellisation à l’installation des espaces sans tabac. Associer Générations sans tabac à une amélioration de la qualité de l’environnement, comme par exemple la lutte contre les déchets du tabac dans l’espace public (mégots) et la qualité de vie est un atout.  »

 

 

 

 

L’Observatoire de la Santé du Hainaut  recrute un(e) « Ouvrier(e) polyvalent(e) »

L’Observatoire de la Santé du Hainaut recrute un(e) « Ouvrier(e) polyvalent(e) »

L’Observatoire de la Santé du Hainaut

recrute un(e) 

« Ouvrier(e) polyvalent(e) »

Temps plein

L’Observatoire de la Santé du Hainaut (OSH) est l’Institut de Promotion de la santé de la Province de Hainaut attaché au pôle Hainaut Développement Territorial. Il a pour mission principale de contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en Hainaut et de favoriser le mieux vivre au quotidien pour tous.

Description de la fonction

L’ouvrier(e) polyvalent(e) devra effectuer des travaux d’entretien de 1er niveau dans un ou plusieurs corps de métiers du bâtiment :

  • Travaux de menuiserie.
  • Travaux de peinture.
  • Travaux de plomberie et sanitaires.
  • Travaux d’électricité.
  • Autres tâches logistiques telles que montages d’expositions, stands, courses avec le véhicule de l’institution, préparation de salles pour événements…

Type d’activités 

  • Réaliser diverses tâches d’entretien et de réparation à l’extérieur et à l’intérieur d’un bâtiment.
    • Travaux de réparation et de montage de menuiserie (portes, étagères, plinthes, remplacement de serrures,…).
    • Travaux de conception de petits meubles.
    • Travaux simples de peinture ne nécessitant pas d’échafaudage.
    • Travaux de réparation et de maintenance des installations sanitaires selon les normes.
    • Travaux de réparation et de maintenance des installations selon les normes (remplacement d’éclairage, ré-enclenchement des disjoncteurs…).
  • Détecter tout problème et en aviser la responsable afin d’assurer la sécurité, la salubrité et le confort des lieux.
  • Participer aux travaux de déménagement de mobilier, de matériel pouvant être transportés sans dispositif de sécurité et ou de manutention particulier (déclassement).
  • Assister le cas échéant les collègues dans leurs différentes tâches en fonction de leur spécialité.
Compétences transversales
  • Connaître l’institution provinciale.
  • Utiliser les ressources (matériel…) mises à sa disposition.
  • Veiller à l’hygiène et à la sécurité des usagers internes/externes dans les différents locaux.
  • Etre capable de renseigner et de diriger les visiteurs.
  • Respecter les règles de déontologie, d’éthique et de discrétion.
  • Maintenir à jour ses compétences dans son domaine d’activités.
  • Organiser son temps efficacement.
  • Travailler en équipe.
  • Savoir utiliser un ordinateur et un système de messagerie électronique (e-mails) est un plus.
Type de poste
  • Régime de travail : temps plein.
  • Type de contrat : contrat de remplacement du 01/09/2020 au 30/04/2021.
  • Barème : auxiliaire professionnelle E2.
  • Lieu de travail principal : siège de l’OSH à 7021Havré.
Conditions d’embauche
  • Diplôme de l’enseignement secondaire inférieur en relation avec la fonction à exercer
  • Attestation BA4.
Candidatures

Les candidatures composées d’une copie du diplôme et d’un CV sont à adresser à l’Observatoire de la Santé du Hainaut pour le 15 août 2020 au plus tard :

  • Soit par e-mail à : observatoire.sante@hainaut.be 
  • Soit par courrier à : Observatoire de la Santé du Hainaut – Rue de Saint-Antoine, 1 – 7021 Havré
  • Les entretiens de recrutement se dérouleront dans la semaine du 24 août 2020.

Cette offre expire dans

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

L’Observatoire de la Santé du Hainaut  recrute un(e) « Ouvrier(e) polyvalent(e) »

L’OSH recrute un(e) « Chargé(e) de diagnostics sociosanitaires et territoriaux »

L’Observatoire de la Santé du Hainaut

recrute un(e) 

« Chargé(e) de diagnostics sociosanitaires et territoriaux  »

Chef de bureau A1 spécifique

L’Observatoire de la Santé du Hainaut (OSH) est l’institut de Promotion de la santé de la Province de Hainaut. Il a pour mission principale de contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en Hainaut et de favoriser le mieux vivre ensemble au quotidien.

Le poste de Chargé(e) de diagnostics  socio sanitaires  et territoriaux est au cœur de la mission de l’OSH, car il est aussi le point de départ et/ou d’appui dans l’accompagnement des projets et des interventions en faveur de la santé. 

  • Le/la Chargé(e) de diagnostics  socio sanitaires  et territoriaux est à l’interface entre fournisseurs de données et utilisateurs locaux. Il doit connaître et comprendre les contraintes des parties afin de soutenir l’aide à la décision en prévention et promotion de la santé.
  • Le/la Chargé(e) de diagnostics  socio sanitaires  et territoriaux  doit fournir des analyses sur l’état de la santé et des inégalités sociales de santé à différentes échelles territoriales y compris transfrontalières, en particulier au niveau communal ainsi que dans les milieux de vie (écoles, entreprises…). Il doit favoriser la compréhension de l’évolution de la situation socio sanitaire en Hainaut dans les processus de prise de décision.
Responsabilités
  • Contact avec les fournisseurs officiels institutionnels ;
  • Suivi et gestion du portail cartographique HAINAUTSTAT (collaboration Hainaut Développement), mise à jour de données et ajout de nouveaux indicateurs ;
  • Réponse aux demandes de données et d’analyse de données (demandeurs : communes, CPAS,  PCS, étudiants, Province, etc.) ;
  • Analyse, rédaction et présentation de données pertinentes et utiles à l’échelon territorial local, supra local et provincial ;
  • Organisation et animation de groupes de travail internes et externes ;
  • Présentation de diagnostics socio sanitaires aux acteurs locaux dans un cadre d’aide à la décision ;
  • Développement de la cartographie ;
  • Veille sur les différents domaines de données sociosanitaires et études ;
  • Participation à des colloques, séminaires en lien avec la fonction et la mission de l’institution.
Compétences transversales  
  • Approche transdisciplinaire et systémique ;
  • Intérêt pour la santé publique, la promotion de la santé et la statistique ;
  • Aisance en public et très bonne communication verbale ;
  • Bonnes capacités d’adaptation à différents publics en vue d’apporter une aide à la décision ;
  • Esprit d’équipe et capacité avérée en travail de groupe ;
  • Excellentes capacités rédactionnelles ;
  • Très bonnes capacités relationnelles ;
  • Capacités organisationnelles et de planification ;
  • Intérêt pour le travail de recherche.
Connaissances spécifiques 

Informatique

  • Maitrise de la Suite Office
  • Maitrise de logiciels cartographiques (SIG) et statistiques.

 

Connaissance linguistique

  • Bonne connaissance de l’anglais oral et écrit
  • Connaissance du néerlandais est un plus
Profil souhaité

Vous disposez d’un des diplômes universitaires suivants :

  • Master en sciences géographiques,
  • Master en sciences sociales,
  • Master en santé publique,
  • Master en sciences de la population et du développement – option démographie.

Type de poste
  • Contrat à durée déterminée de 6 mois, suivi d’un contrat à durée indéterminée si les 6 premiers mois sont concluants ;
  • Barème de la fonction publique provinciale A1 spécifique ;
  • Lieu de travail principal : siège de l’OSH à 7021 Havré avec des déplacements fréquents ;
  • Disposer d’un permis B et si possible d’un véhicule.
Candidatures

Les candidatures composées d’une copie du diplôme, d’un CV et d’une lettre de motivation sont à adresser à l’Observatoire de la Santé du Hainaut
pour le 27 août 2020 au plus tard :

  • Soit par courrier postal à :

Observatoire de la Santé du Hainaut
Rue de Saint-Antoine, 1
7021 Havré

Sélection

Sur base d’une épreuve écrite éliminatoire prévue
le 4 septembre 2020 (9h à 12h30)

 

et d’un entretien devant jury
le 22 septembre 2020 (heure à fixer)

Cette offre expire dans

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Gestion du tabagisme en milieu hospitalier – CHwapi de Tournai

A l’occasion de la journée mondiale sans tabac 2020, les partenaires du Plan Wallon Sans Tabac ont décidé de lancer un concours photos sur les réseaux sociaux illustrant « ce qui aide à vivre sans tabac ». Tout au long de cette action, qui a lieu du 28 mai au 31 mai, les partenaires sont invités à diffuser des ressources d’information. L’Observatoire de la Santé du Hainaut a décidé de mettre en avant des projets de gestion du tabagisme.

Gestion du tabagisme en milieu hospitalier – CHwapi de Tournai

 

Le Centre Hospitalier de Wallonie picarde (CHwapi) se compose de trois sites hospitaliers et d’une polyclinique. La multiplicité des personnes fréquentant les lieux confronte l’institution à de nombreuses questions relatives à la gestion du tabac.

 

Objectifs du projet

Sensibiliser, diminuer le nombre de fumeurs (personnel et patients) et mieux gérer le tabac aux abords des infrastructures.

Qui?

Les actions sont coordonnées par Mme Wilfart, infirmière et tabacologue, travaillant au sein du Centre d’Aide aux Fumeurs (CAF) du CHwapi.

Actions développées

Sensibilisation via une conférence qui est organisée 4 fois par an à destination du personnel. De manière ponctuelle, des séances d’information sont planifiées pour les médecins en formation. Des brochures sont également produites pour les patients. Le tabac y est abordé par spécialité (ex : orthopédie dans le cadre d’une prothèse de hanche).

Une aide au sevrage tabagique est proposée aux patients de l’ensemble des services.

A l’occasion d’un événement comme la journée mondiale sans tabac, un stand d’information/ sensibilisation est tenu à l’accueil de l’hôpital (test de la quantité de CO, brochures, discussion avec une tabacologue…). Le tabac est également abordé lors des journées thématiques (ex : maladie de Crohn).

Freins et leviers

Beaucoup de ressources (temps, argent et personnel) doivent être mobilisées pour le développement des actions. Il est également nécessaire de multiplier les efforts pour percevoir des résultats. Toutefois, les démarches visant à obtenir l’accréditation canadienne se sont révélées être un levier.

Projets futurs

A l’horizon de juillet 2020, les différents sites du CHwapi seront aménagés avec des zones fumeurs à distance des entrées (avec signalétique).