Des règles qui font mal ? On en parle

Des règles qui font mal ? On en parle

L’endométriose est une maladie gynécologique. Des tissus de la muqueuse utérine (l’endomètre) se fixent à l’extérieur de l’utérus sur d’autres organes. Cela peut provoquer des douleurs insoutenables pendant et en dehors des règles.

Les symptômes les plus courants :

• Douleurs dans le bas ventre qui peuvent provoquer des nausées ou vomissements
• Mal de dos
• Douleurs pendant les rapports sexuels
• Troubles urinaires ou digestifs
• Difficultés à avoir des enfants, infertilité
• Absence de symptômes parfois

On pense trop souvent qu’avoir des règles douloureuses c’est normal. La banalisation de ces douleurs pousse les jeunes filles et les femmes à consulter tardivement. Et pourtant l’endométriose touche une femme sur dix en âge de procréer. Pas assez connue du grand public, l’endométriose est difficilement détectable et son diagnostic prend du temps. Si on ne guérit pas l’endométriose, des traitements permettent d’atténuer et de ralentir la maladie.

Pour sensibiliser à cette maladie, nous avons conçu un flyer et deux posters que vous pouvez télécharger et imprimer.

Télécharger le flyer de présentation.

Télécharger le poster pour les adolescents.

Télécharger le poster pour les adultes. 

Des enjeux, des données pour piloter votre territoire

Des enjeux, des données pour piloter votre territoire

 

Save the date

Des enjeux, des données pour piloter votre territoire

5 avril 2024 – Le Grand-Hornu

 

Plongez au cœur des enjeux qui façonnent l’avenir de votre territoire et découvrez comment les données peuvent éclairer la prise de décision. Hainaut Développement et l’Observatoire de la Santé, deux institutions de la Province de Hainaut, vous invitent, le 5 avril 2024, à une matinée dédiée aux macro-enjeux spécifiques du territoire hainuyer: “Des enjeux, des données pour piloter votre territoire”. 

Au programme

  • Analyse des macro-enjeux socio-économiques, sanitaires et environnementaux.
  • Démonstration de l’Observatoire socio-économique et sanitaire, le nouvel outil d’aide à la décision à destination des pouvoirs locaux, forces vives et décideurs du territoire hainuyer.
  • Présentation de l’offre de service par le Service Patrimoine arboré  à destination des communes en matière de permis d’urbanisme spécifique aux arbres classés remarquables ou considérés comme tels. Une démonstration de la nouvelle application cartographique démontrera l’impact écologique et économique de la présence d’arbres au sein des villes et communes.

 

 

Infos et contact :

 hainaut.stat@hainaut.be

 

 

Adresse de l’événement :

Le Grand-Hornu

Rue Sainte-Louise 82 – 7301 Boussu

Meilleurs Vœux!

Meilleurs Vœux!

 

Toute l’équipe de l’Observatoire de la Santé

de la Province de Hainaut

vous souhaite d’heureuses fêtes de fin d’année

et vous présente ses meilleurs vœux

pour l’année 2024!

Que celle-ci vous apporte santé, joie et énergie!

Merci d'accepter les cookies de marketing pour voir cette vidéo.
L’OSH recrute un Médecin de santé publique

L’OSH recrute un Médecin de santé publique

HPI_illu

 

 

L’Observatoire de la Santé du Hainaut

recrute un(e) Médecin de santé publique

 

Lieu : Observatoire de la Santé du Hainaut situé à Havré (Mons)
Régime : Temps plein (38h/semaine)
Type de contrat : CDD de 6 mois pouvant déboucher sur un CDI
Catégorie de personnel : A5 Spécifique

 

À propos de nous

L’Observatoire de la Santé du Hainaut (OSH) est l’institut de promotion de la Santé de la Province de Hainaut. Ses activités s’inscrivent dans le champ de la santé publique. Par la promotion de la santé, l’institution a pour mission de contribuer à réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en Hainaut et de favoriser le mieux vivre au quotidien pour toutes et tous. Ses thématiques prioritaires concernent le Manger, Bouger et Respirer.
La démarche de l’OSH associe les indispensables actions d’information du public avec un travail dans la durée sur les conditions et milieux de vie. Les actions et les programmes sont menés en proximité avec les citoyens, les associations, les pouvoirs locaux, les professionnels de la santé et de l’éducation, les travailleurs sociaux, les médias, etc.
La Province de Hainaut, à travers l’Observatoire de la Santé du Hainaut, met à leur disposition des données socio-sanitaires, des données scientifiques, un appui méthodologique, des formations ainsi que des outils d’intervention et de communication.

Description de la fonction

En tant que Médecin de santé publique – Responsable du Département Ressources, vous aurez un rôle central dans la gestion du département et la supervision des projets scientifiques et épidémiologiques.

Vos missions

Le poste comporte un volet managérial comprenant la gestion d’un département d’une dizaine de personnes et un volet scientifique relatif à des aspects médicaux, épidémiologiques en relation avec la prévention des maladies et la promotion de la santé.

Volet gestion

  • Gestion d’une équipe d’environ 10 personnes
  • Planification et suivi de projets en collaboration avec les responsables de projets
  • Développement de nouveaux projets y compris la recherche de fonds
  • Représentation de l’institution et mise en réseau avec des organismes actifs dans les domaines de la santé au sens large
  • Evaluation des réalisations et reporting des activités du département auprès de la Direction
  • Participation active au Comité de direction de l’OSH
  • Contribution à la réalisation des objectifs stratégiques provinciaux (plan Adhésion) et de l’Institution
  • Evaluation du personnel

Volet scientifique

  • Conception et supervision de l’enquête relative à la santé des jeunes en Hainaut et de la publication des résultats
  • Contribution à la rédaction et supervision de la rédaction des publications relatives aux données socio-sanitaires (tableau de bord, profils locaux de santé, publications à la demande…)
  • Diffusion de l’information sanitaire (envoi des publications, présentations…)
  • Publication dans des revues scientifiques, des colloques…
  • Collaboration avec les services provinciaux et régionaux homologues
  • Développement de collaborations avec les institutions scientifiques (universités, Sciensano, sociétés scientifiques, Conseil supérieur de la santé…)
  • Validation scientifique des publications de l’OSH concernant l’information sanitaire, la médecine et la santé publique
  • Réponse ou supervision des réponses aux demandes internes et externes en matière de santé publique et d’information sanitaire

Profil souhaité

  • Niveau d’études : Docteur en médecine ou Master en médecine
  • Diplômes : Docteur ou Master en médecine associé à un Master en santé publique ou à une expérience équivalente de santé publique orientation épidémiologie
  • Connaissances spécifiques :
    • Connaissance en épidémiologie
    • Connaissance approfondie de l’épidémiologie de terrain.
  • Connaissances linguistiques :
    • Anglais (niveau B1)
    • Connaissances de base en néerlandais est un plus (contacts au niveau fédéral)
  • Informatique :
    • Très bonne maîtrise de la suite Office
    • Maitrise d’au moins un logiciel statistique (de préférence Stata)
    • La connaissance d’Access est un plus
  • Autres : disposer d’un permis B

Compétences transversales

  • Travail d’équipe : Aptitude à collaborer et à promouvoir un environnement harmonieux
  • Gestion du temps : Capacité à gérer efficacement son temps, à concevoir et à superviser une planification (respect des échéances).
  • Analyse : Aptitude à analyser des données complexes et à formuler des stratégies pertinentes
  • Communication : Excellentes compétences en communication, tant à l’écrit qu’à l’oral

Intérêts et aptitudes spécifiques

  • Intérêt marqué pour la santé publique et la promotion de la santé
  • Enthousiasme pour le travail de recherche
  • Aptitude à la gestion d’équipe et à la planification
  • Aptitude à la rédaction de documents de vulgarisation (pédagogie)
  • Aptitude à présenter un exposé pour différents publics

Comment postuler?

Si vous êtes intéressé(e) par cette opportunité et que vous répondez aux critères de sélection,
nous vous invitons à envoyer votre CV accompagné d’une lettre de motivation avant le15 janvier 2024,
uniquement par courriel à Mme Helen BARTHE-BATSALLE – Inspectrice générale de l’Observatoire de la Santé du Hainaut :

helen.barthe_batsalle@hainaut.be 

 

Cette offre est expirée !

Jour(s)

:

Heure(s)

:

Minute(s)

:

Seconde(s)

Tableau de Bord de la Santé des Hainuyers 2022

Tableau de Bord de la Santé des Hainuyers 2022

La santé en Hainaut

 

L’Observatoire de la Santé du Hainaut vient de publier son Tableau de bord de la Santé du Hainaut 2022. Celui-ci dresse un portrait de l’état de santé de la population hainuyère. Il est réalisé en collaboration avec les Provinces de Liège, Luxembourg et Namur qui publient également ce même ouvrage pour leur territoire.

La province du Hainaut continue de présenter une situation socio-sanitaire moins favorable que les territoires voisins.

Le lien entre les indicateurs socio-économiques et la santé est toujours d’actualité et doit nous inciter à accorder une priorité à la réduction des inégalités sociales de santé.

 

Une mortalité plus élevée

Si l’espérance de vie augmente en général, l’écart entre le Hainaut et la Belgique a tendance à s’accroître pour atteindre, en 2015-2019, près de 2 ans pour les femmes et plus de 3 ans pour les hommes en défaveur du Hainaut. On constate également que plus le revenu médian d’une commune est élevé, plus l’espérance de vie de sa population est élevée. Les inégalités socio-économiques conduisent, entre autres, à une mortalité plus élevée dans le Hainaut. Si la mortalité en Hainaut était abaissée au niveau belge, 2 510 décès seraient évités chaque année.

Associé à une baisse des naissances, l’accroissement de l’espérance de vie conduit au vieillissement de la population. En 2021, on compte 83 personnes de 65 ans et plus pour 100 jeunes de moins de 20 ans. Les perspectives prévoient 135 personnes âgées pour 100 jeunes aux alentours de 2071.

En ce qui concerne les décès, les maladies de l’appareil circulatoire en sont la première cause en 2014-2018 (26,8 %), suivies des tumeurs (24,5 %) et des maladies de l’appareil respiratoire (11,2 %).

Des maladies chroniques influencées par le niveau d’études

Les maladies chroniques influent lourdement sur la santé de nos citoyens. Quel que soit le territoire (Belgique, Wallonie ou Hainaut), un tiers des personnes interrogées déclare souffrir d’au moins une affection chronique de longue durée. Cependant, cette proportion monte à 45 % chez les Belges ayant un niveau d’études primaire ou pas de diplôme. En Hainaut, pour les hommes, l’hypercholestérolémie arrive en tête des maladies chroniques tandis que pour les femmes, il s’agit de l’arthrose.

De 2009 à 2019, la proportion de personnes traitées pour diabète a augmenté de près de 30 % en Hainaut. La Wallonie et le Hainaut connaissent une prévalence de personnes traitées pour diabète plus élevée que la moyenne belge.

Trop peu de fruits et légumes et d’activité physique

Les déterminants principaux de ces maladies chroniques sont nos trois thématiques prioritaires « Manger, Bouger, Respirer » dont les données sociosanitaires montrent une situation moins favorable en Hainaut.

En Hainaut, près de deux tiers des hommes (66,1 %) et plus de la moitié des femmes (51,2 %) sont en surpoids ou obèses. C’est nettement plus qu’au niveau belge. Près d’un tiers des hommes (30,4 %) et la moitié des femmes (49,8 %) courent un risque pour la santé par manque d’activité physique de loisir. C’est beaucoup plus qu’en Belgique. La proportion de personnes sédentaires pendant leurs loisirs dépend aussi du niveau d’instruction : les personnes moins instruites sont plus nombreuses à ne pas pratiquer d’activités physiques de loisir.

Du côté de l’alimentation, trop peu de Hainuyers consomment des fruits et légumes en suffisance. Seuls 7,2 % des hommes et 11,6 % des femmes satisfont aux recommandations. C’est surtout la consommation de fruits qui est déficitaire.

Au-delà de ces constats alarmants, certains indicateurs montrent une évolution positive comme la diminution du tabagisme surtout masculin. De 1997 à 2018, la proportion de fumeurs quotidiens a diminué en Wallonie. Malheureusement, cette diminution est inégalement répartie en fonction des revenus. Chez les 20 % de population aux revenus les plus bas on ne constate aucune évolution, tandis que chez les 20 % aux revenus les plus élevés la baisse du tabagisme dépasse 40 %. En Hainaut, un homme sur 4 ainsi qu’une femme sur 7 se déclarent fumeurs quotidiens. C’est davantage qu’en Belgique.

Pas assez de médecins généralistes

Par rapport à sa population, le Hainaut compte moins de médecins généralistes que la Wallonie (un médecin généraliste pour 1 058 habitants en Hainaut contre un pour 992 habitants en Wallonie). Les médecins généralistes en Hainaut sont en moyenne plus âgés qu’en Wallonie. En Hainaut, plus de la moitié des médecins généralistes sont âgés de 55 ans ou plus.

HPI_illu

Une surmortalité due à la COVID-19

En 2020, deux principales vagues de surmortalité sont liées à la COVID-19 tandis qu’une petite vague au mois d’août est liée à une période de canicule. Globalement, en comparaison avec la moyenne observée lors des 5 années précédentes (entre 2015 et 2019), la surmortalité s’élève à +17,6 % en 2020 et +2,5 % en 2021. La courbe du Hainaut suit approximativement celle de la Wallonie.

Les conditions de vie, les cadres de vie et les modes de vie des personnes ont une influence capitale sur leur état de santé et sont largement déterminés par le contexte dans lequel les personnes naissent, grandissent et vivent. Devant de telles inégalités sociales de santé, renforcées par la crise sanitaire de la COVID-19, et compte tenu d’indicateurs socio-économiques moins favorables en Hainaut, il est indispensable de consacrer davantage de ressources vers ces populations au moyen d’actions renforcées à tous les niveaux, de la commune à l’Europe. C’est le choix fait par la Province de Hainaut en nous donnant comme mission principale de contribuer à la réduction des inégalités sociales et territoriales de santé.

Alimentation chez les jeunes en Hainaut

Alimentation chez les jeunes en Hainaut

Une alimentation saine et équilibrée contribue largement à la santé de tous. A cet égard, les habitudes prises dans l’enfance et l’adolescence jouent un rôle capital. Entre 2018 et 2020,  nous avons mené, avec le réseau des Centres de Santé Scolaire Vigies (CSSV), une enquête sur la thématique de l’alimentation auprès des jeunes Hainuyers de 10 à 17 ans.

Le « Regard sur la santé des jeunes – Santé en Hainaut n°15 » décrit de manière détaillée les résultats de cette étude et analyse les liens entre les différents déterminants de santé et l’alimentation. Il présente également des pistes de réflexion et des outils de promotion de la santé en vue d’une alimentation équilibrée. Découvrez dans cet article la synthèse de cette enquête que vous pouvez aussi télécharger en pdf

La publication complète est disponible en commande ou en téléchargement dans notre boutique.

 

Une alimentation peu équilibrée

Consommation quotidienne de fruits et de légumes

Parmi les aliments dont la consommation régulière est recommandée, la consommation quotidienne de fruits et de légumes n’est adoptée que par une minorité de jeunes Hainuyers. De plus, elle a connu une diminution ces dix dernières années.En 2020, 44 % des jeunes ne consomment ni fruits, ni légumes quotidiennement. De plus, ils ne sont que 17 % à en consommer au moins une fois par jour (15 % pour les garçons contre 20 % pour les filles).

 

 

 

 

Moins de la moitié des jeunes consomment du poisson une fois par semaine et cette proportion a diminué au cours des dix dernières années. Il en est de même pour la consommation quotidienne de produits laitiers.

 

Consommation quotidienne d’eau, selon le sexe 

La consommation quotidienne d’eau connaît une lente augmentation ces dernières années, mais n’est pas encore suffisante en termes de santé publique. En effet, seuls 81 % des jeunes en consomment quotidiennement. Les jeunes filles sont plus nombreuses à déclarer consommer de l’eau quotidiennement, soit 84 % contre 78 % chez les jeunes garçons.

 

 

 

Concernant les aliments non-essentiels à un régime équilibré, la consommation quotidienne de snacks salés (12 %) et sucrés (22 %) est stable depuis 2010. Il en est de même de la consommation de fritures plus d’une fois par semaine (42 %). La consommation de sodas sucrés (30 %) et light (11 %) connaît une diminution régulière.

 

Equilibre alimentaire des jeunes 

Pour évaluer le régime alimentaire des jeunes, un score a été construit sur base de six habitudes alimentaires. Seuls 19% des jeunes ont un score témoignant d’une alimentation équilibrée. La moitié (49%) ont une alimentation moyennement équilibrée. Pour 32%, le score dénote d’une alimentation non-équilibrée.

 

 

 

 

La majorité des jeunes (62 %) déclarent grignoter en dehors des repas. Les jeunes de 13 ans sont plus nombreux à affirmer grignoter (66 %) que ceux de 16 ans (63 %) et de 11 ans (56 %). Outre les consommations alimentaires, l’entourage et le contexte des repas sont des éléments déterminants de la manière de manger. Les jeunes qui ont une alimentation équilibrée déclarent plus fréquemment que leurs parents ont le plus d’influence sur leurs choix alimentaires (72 % contre 57 % des jeunes ayant une alimentation non-équilibrée ou moyennement équilibrée). D’autre part, 90 % des jeunes qui déjeunent en famille considèrent le repas comme un moment de partage.

 

Une corpulence en lien avec l’alimentation

La corpulence a été définie à partir de l’Indice de Masse Corporelle (IMC), basé sur le poids et la taille.

Parmi les jeunes rencontrés, 60 % ont une corpulence normale. Le surpoids concerne 20 % des jeunes et 12 % sont considérés comme obèses. En tout, près de 3 jeunes sur 10 sont donc en situation de surcharge pondérale. L’insuffisance pondérale concerne 8,9 % des jeunes et sa forme sévère représente environ 0,5 % de l’échantillon.

La fréquence de l’obésité (environ un jeune sur 10) augmente avec l’âge passant de 8,3 % pour les 11 ans à 15 % pour les 16 ans. Alors que 7 jeunes de corpulence normale sur 10 estiment avoir une alimentation équilibrée, seuls 4 sur 10 ont un score correspondant à une alimentation équilibrée. Les jeunes en surcharge pondérale pensent moins fréquemment avoir une alimentation équilibrée, mais paradoxalement, ils ont plus souvent un meilleur score d’alimentation équilibrée. D’une manière générale, la perception d’une alimentation équilibrée et les consommations déclarées montrent un décalage.

 

Des connaissances pour mieux s’alimenter

Les connaissances et représentations des jeunes en matière d’alimentation sont également liées à leurs comportements alimentaires. La majorité des adolescents (70 %) ne consultent pas (jamais ou rarement) les étiquettes alimentaires. Beaucoup les trouvent trop complexes. Ceux qui ne lisent pas les étiquettes ont moins fréquemment une alimentation équilibrée. Pour ceux qui les consultent, 45 % les trouvent assez « difficiles à comprendre » et 10 % « incompréhensibles ». L’avis à propos de certains aliments peut également être déterminant. Concernant les sodas (sucrés ou light), les jeunes qui ne pensent pas que ceux-ci ont un effet délétère sur la santé ou n’ont pas d’opinion sont plus souvent consommateurs quotidiens.

 

A l’école aussi, l’alimentation compte…

Le contexte scolaire est un facteur déterminant des habitudes et comportements alimentaires des jeunes. Un questionnaire a été envoyé aux directions des écoles pour recueillir leur avis et mieux
percevoir la réalité scolaire dans laquelle les jeunes évoluent. Parmi les écoles répondantes, la grande majorité (49 établissements) déclarent disposer d’un réfectoire. Cependant, malgré la présence d’un réfectoire, certains établissements ne disposent pas d’assez de places assises pour permettre à tous les jeunes de s’y installer. Certaines écoles commercialisent des aliments ou mettent des distributeurs à disposition des élèves, majoritairement celles de l’enseignement secondaire. La majorité des écoles participantes, tant dans l’enseignement primaire que secondaire, ont prévu un accès gratuit à de l’eau potable (en dehors des lavabos) pour les élèves. Certains établissements offrent à leurs élèves la possibilité de prendre des repas complets ou vendent des produits de restauration (sandwichs, frites…).

Consommation de sodas sucrés en fonction de la possibilité d’en acheter à l’école

Lorsque les écoles commercialisent des sodas sucrés, 34 % des élèves déclarent en consommer au moins 6 fois par semaine, voire plusieurs fois par jour. Dans les écoles qui n’en vendent pas, cette proportion tombe à 23 %. L’accès aux sodas en milieu scolaire contribue donc à l’augmentation de leur consommation.

 

 

 

 

 

Un lien avec les comportements de santé et le contexte socio-économique

On constate un regroupement des comportements favorables à la santé chez les adolescents. L’activité physique, la limitation des activités sédentaires, la non-consommation de tabac sont fréquemment
associées à une alimentation plus équilibrée. Le rôle de l’environnement du jeune se manifeste dans le lien entre la présence d’un adulte fumeur à la maison et un moins bon équilibre alimentaire du jeune.
L’ensemble de ces comportements est aussi en lien avec le contexte socio-économique dans lequel le jeune évolue. Ces constats indiquent que certains enfants et adolescents vivent dans un milieu plus attentif à la santé et qui favorise une alimentation équilibrée, une pratique de l’activité physique, une limitation de la sédentarité, une moindre exposition au tabac. Dans ces mêmes familles, les jeunes ont plus
fréquemment un recours régulier au dentiste, voire à une consultation diététique quand le besoin se fait sentir.

Les jeunes en situation plus précaire au niveau de leur structure familiale ou de leur aisance matérielle sont souvent plus exposés à des comportements ou situations défavorables de santé. Les jeunes dont le niveau d’aisance matérielle est faible sont plus fréquemment (16 %) susceptibles d’être obèses par rapport à ceux d’un niveau élevé (6,8 %). Lorsque le niveau d’aisance matérielle est faible ou moyen, ils ont plus fréquemment un régime alimentaire non-équilibré. D’autre part, les jeunes d’un niveau d’aisance matérielle élevé sont plus nombreux (24 %) à manger quotidiennement des fruits et des légumes que ceux d’un niveau d’aisance matérielle faible (10 %).

 

Des chiffres à l’action

Différentes pistes peuvent être envisagées afin de promouvoir une alimentation et des comportements favorables à la santé. A un niveau supérieur, la mise en place de politiques publiques valorisant l’accès équitable à une alimentation diversifiée, qualitative et durable est un moyen macrosociologique. D’une manière plus large, la lutte contre les inégalités sociales et territoriales de santé représente un élément majeur de l’amélioration de la santé des populations. Au niveau scolaire, il est important de réfléchir tant à l’aménagement des écoles, l’accès aux repas équilibrés et à l’eau qu’à la sensibilisation des jeunes à leur consommation d’aliments transformés ou défavorables à la santé. Développer les compétences psychosociales des jeunes en fonction de leur âge, mais également leurs connaissances en matière d’alimentation, permet de leur donner les moyens de faire des choix alimentaires favorables à la santé. Les actions menées sur la thématique de l’alimentation des jeunes contribuent à favoriser leur santé, mais également à améliorer les enjeux de la santé publique. En effet, une jeunesse en bonne santé et en forme contribue au développement socio-économique d’une société. Il est de l’intérêt de tous de s’investir en la matière.

Retrouvez la synthèse de l’enquête en pdf via ce lien et les résultats complets en pdf en cliquant ici.